Projet Européen Digiart

Des membres de l'équipe SPARKS, dont Frédéric Precioso et Diane Lingrand, participent au projet européen DigiArt (Horizon 2020 research and innovation programm) qui a débuté en juin 2015.

euronews faisant un reportage sur Digiart à Sophia
Euronews en reportage sur Digiart à Sophia Antipolis

Le projet Digiart sur EuroNews

A l'occasion de réunion de travail du projet, en mars 2017, la chaine d'information Euronews a réalisé des interviews des partipants du projet. Dans ce reportage, le site des templiers et des membres de l'équipe SPARKS sont visible, pendant l'intervalle 2'35 - 3'20.

La vidéo est disponible, en plusieurs langues, sur le site d'euronews : http://www.euronews.com/2017/05/08/3d-in-the-air.

Le projet Digiart

Ce projet vise à fournir une nouvelle solution, à faible coût pour l'acquisition, le traitement et l'affichage des artefacts (ou objets) culturels. Il offre des systèmes et des méthodes de capture 3D innovants, y compris l'acquisition aérienne via des drones, le recalage automatique et des techniques de modélisation pour accélérer les traitements post-acquisition (qui représentent un goulot d'étranglement majeur), ainsi que l'analyse sémantique de scènes 3D basée sur l'extraction des caractéristiques et la conception de nouvelles représentations des données 3D, un "moteur de narration" offrant une voie à une meilleure compréhension de l'héritage culturel, et aussi des technologies de réalité virtuelle/augmentée offrant des capacités avancées pour la visualisation, ou l'interaction avec les modèles 3D.

Les données 3D, acquises par les scanners au sol et les drones en utilisant des techniques telles que la détection laser (LIDAR), sont traitées par des caractéristiques 3D robustes aux imperfections des données. L'analyse sémantique basée sur l'extraction automatique de ces caractéristiques permet de former des hyper-liens entre les objets. Ces liens sont utilisés pour connecter les objets dans ce que le projet nomme "l'Internet des objets historiques", et sont disponibles partout, à tout moment, sur n'importe quel appareil connecté à Internet. La vue contextualisée de l'héritage culturel est renforcée par le "moteur de narration" qui est développé au sein du projet. Ce système présente en effet l'artefact, lié à son contexte, dans un affichage immersif virtuel et/ou avec de la réalité augmentée. Les liens et les informations se superposent à la vue de l'objet lui-même. Le principal résultat de ce projet est l'ensemble d'outils qui seront utilisés par les musées pour créer une manière révolutionnaire de visualiser et de percevoir les artefacts culturels acquis sur des sites archéologiques.
Ces outils exploitent l'ensemble des compétences interdisciplinaires des partenaires pour couvrir le processus complet, à savoir la saisie de données, le traitement de données, le renforcement de l'histoire, la visualisation et l'interaction 3D, offrant de nouvelles voies à une compréhension plus profonde de la culture européenne.

Via ses trois activités de démonstration, le projet établit la viabilité de l'approche dans trois contextes de musées différents, proposant des gammes d'objets différents et offrant ainsi des défis différents pour le système