UP | HOME

Travaux Pratiques #4
Algo & Prog avec R

Table des matières

1 Calcul flottant

Définissez en R la variable a dont la valeur est \(\sqrt{3}\).

  1. Demandez si \(a^2\) est bien égal à 3.
  2. Expliquez. Indice : cat(sprintf('%.17f\n', 0.1)).
  3. Programmer \(100 \times 1.0\) par additions successives (à l’aide d’une boucle) : \(100 \times 1.0 = 1.0 + 1.0 + \dots + 1.0 + 1.0\). Que constatez-vous ?
  4. Même question pour \(100 \times 0.1\).

2 Formule d’Euler

Le cours de maths de seconde année vous démontrera peut-être la formule suivante : \(\sum_{i=1}^{+\infty} \frac{1}{i^2}=\frac{\pi^2}{6}\).
Écrire une fonction PiEuler(n) qui calcule une estimation de \(\pi\) à partir de la somme partielle d’ordre n : \(\sum_{i=1}^{n} \frac{1}{i^2}\).

Le code ci-dessous sert à TESTER la fonction PiEuler.

cat(sprintf('Calcul approximatif de pi=%.16f :\n',pi))
k <- 1
while (k <= 7){
  n <- 10**k
  cat(sprintf("PiEuler(%d) --> %.10f\n",n, PiEuler(n)))
  k <- k+1
}
Calcul approximatif de pi=3.1415926535897931 :
PiEuler(10) --> 3.0493616360
PiEuler(100) --> 3.1320765318
PiEuler(1000) --> 3.1406380562
PiEuler(10000) --> 3.1414971639
PiEuler(100000) --> 3.1415831043
PiEuler(1000000) --> 3.1415916987
PiEuler(10000000) --> 3.1415925581

3 Génétique des populations

Un gène donné peut exister en plusieurs allèles, avec des conséquences phénotypiques différentes: un exemple assez simple est celui des groupes sanguins, où le même gène existe en plusieurs allèles et dont le résultat observable est le groupe A,B, AB ou O. En génétique des populations, on s’intéresse à l’évolution temporelle de la fréquence des allèles dans une population.

On prend ici l’exemple d’une population haploïde (chaque gène n’existe qu’en une version, comme chez les bactéries), infinie, panmictique et à générations non chevauchantes. Si on prend un gène présent en 2 allèles A et B, on va noter \(p_t\) la fréquence de l’allèle A à une génération \(t\) (donc la fréquence de B à la même génération est \(1-p_t\)). Pour mesurer la transmission des deux allèles, on leur attribue des valeurs de sélection \(w_A\) et \(w_B\). Le cours de génétique des populations nous dit que la fréquence de l’allèle A à la génération \(t+1\) est alors:

\[ p_{t+1} = \frac{p_tw_A}{p_tw_A + (1-p_t)w_B} \]

On part de la situation suivante: \(p_0 = 0.1\), \(w_A=1\), \(w_B=0.9\). L’allèle A a une valeur sélective plus élevée que l’allèle B.

4 Dynamique des populations

Il existe en biologie de nombreux modèles de dynamique des populations, permettant de modéliser une variété de dynamiques différentes. Si vous avez fait une L1 SV à Nice, vous les avez étudiés en version continue, sous forme d’équations différentielles; on les donne ici en version discrète, où on calcule l’évolution d’une population génération après génération.

Modèle de Malthus

Le Modèle de Malthus, dont le nom a donné naissance au malthusianisme, suppose une croissance constante avec un taux \(r\) : \[ N_{t+1} = (1+r)N_t\]

\(r\) représente la différence entre natalité et mortalité: \(r > 0\) indique un surplus de natalité ; \(r \lt 0\) un surplus de mortalité.

  • Écrivez une fonction Malthus(nT, r) qui prend en arguments \(N_t\) et \(r\) et renvoie \(N_{t+1}\).
    Malthus(100, 0.1)
    
    [1] 110
  • Écrivez une fonction EvolutionMalthus(n, n0, r) qui affiche l’évolution de la population \(N_0\) sur n générations, puis renvoie la population finale. Ajoutez un paramètre optionnel verbose pour activer ou désactiver l’affichage.
    EvolutionMalthus(5, 100, 0.1)
    
    Population à la génération 0 : 100.000000
    Population à la génération 1 : 110.000000
    Population à la génération 2 : 121.000000
    Population à la génération 3 : 133.100000
    Population à la génération 4 : 146.410000
    Population à la génération 5 : 161.051000
    [1] 161.051
    • On part de la situation suivante: \(N_0 = 100\) et \(r=0.1\). Quel phénomène a lieu au bout de 100 générations ?
    • Et si \(r=-0.1\) ? La population parvient-elle à 0 ? Au bout de combien de générations ?
  • Écrivez une fonction PopulationMalthus(n, n0, r) qui renvoie la population finale après n générations en partant d’une population \(N_0\) par un calcul direct (sans utiliser ni boucle ni récurrence).
    PopulationMalthus <- function(n, n0, r) {
      return(n0 * ((1+r)**n))
    }
    

Modèle de Verhulst

Le modèle de Verhulst donnera naissance aux courbes « logistiques » que les biologistes voient si souvent. Il s’écrit comme ceci: \[ N_{t+1} = \left(1 +r\left(1-\frac{N_t}{K}\right)\right)N_t\]

\(r\) a le même sens que précédemment; l’évolution de la population est multipliée par rapport au modèle précédent par \(\left(1-\frac{N_t}{K}\right)\), avec \(K\) la capacité logistique; ce terme tend à devenir faible quand \(N_t\) s’approche de \(K\).

  • Écrivez une fonction Verhulst(nT, r, k) qui prend en arguments \(N_t\), \(r\), et \(K\) et renvoie \(N_{t+1}\).
    Verhulst(100, 0.1, 1000)
    
    [1] 109
  • Écrivez une fonction EvolutionVerhulst(n, n0, r, k) qui affiche l’évolution de la population \(N_0\) sur n générations, puis renvoie la population finale. Ajoutez un paramètre optionnel verbose pour activer ou désactiver l’affichage.
    EvolutionVerhulst(5, 100, -0.1, 1000)
    
    Population à la génération 0 : 100.000000
    Population à la génération 1 : 91.000000
    Population à la génération 2 : 82.728100
    Population à la génération 3 : 75.139684
    Population à la génération 4 : 68.190313
    Population à la génération 5 : 61.836273
    [1] 61.83627
    • Que se passe-t’il au bout de 100 générations avec la situation suivante: \(N_0=100\), \(K=1000\), \(r=-0.1\) ?
    • Et si \(r=0.1\) ? Quelle est la limite atteinte par la population au bout d’un grand nombre de générations ? Cette limite est-elle atteinte ou simplement approchée ?
    • Que se passe-t-il si \(r=2.5\) ?

5 Méthode des tangentes de Newton   HARD

Formule de Newton

La formule de Newton vu en cours pour améliorer une approximation \(a\) de \(\sqrt{r}\) est obtenue de la manière suivante. On trace la courbe d’équation \(y = f(x) = x^2-r\) qui coupe Ox précisément en \(\sqrt{r}\). formule_newton.png

  1. Quelle est l’équation de la tangente (T) à la courbe au point d’abscisse \(a\) ?
  2. La tangente n’étant pas horizontale, calculez l’abscisse b du point d’intersection de (T) avec Ox. Vous devez retrouver la formule de Newton !

Généralisation

Les calculettes modernes possèdent souvent une touche Solve permettant de calculer une racine d’une équation \(f(x)=0\). Par exemple, il est difficile sans machine de trouver une solution réelle à l’équation \(x^5-3x+1=0\).

  1. Pourquoi sommes-nous sûrs qu’il y en a au moins une ?
  2. Nous allons faire abstraction de la fonction , la supposer dérivable et à dérivée non nulle en tout point (de sorte que la tangente à la courbe existe et n’est jamais horizontale) pour appliquer la méthode des tangentes de Newton vue ci-dessus dans un cas particulier …

On suppose que l’approximation courante est \(a > 0\). Calculez l’équation de la droite tangente à la courbe de \(f\) au point \((a,f(a))\).

  1. Calculez la valeur de \(b\) qui est une amélioration de \(a\).
  2. Ecrivez la condition pour que l’approximation courante \(a\) soit suffisamment proche de la solution. On nommera \(h\) la constante > 0 de précision.
  3. Ecrivez une expression mathématique utilisant \(f\), \(a\) et \(h\), qui approche la valeur de la dérivée \(f^{\prime}(a)\) de \(f\) au point \(a\).
  4. Programmez en R la fonction Solve(f,a,h) retournant une approximation d’une solution de f en partant de l’approximation \(a\). L’argument \(h\) gouvernera la précision.

Applications numériques à faire sur ordinateur

Utilisez la fonction Solve(f,a,h) pour faire afficher une valeur approchée :

  • de \(\sqrt{2}\),
  • puis de \(\sqrt[3]{2}\),
  • puis d’une solution de l’équation \(x^5-3x+1=0\),
  • puis de l’équation \(cos(x)=x\),
  • et enfin du nombre \(\pi\).

N.B. Au moment d’utiliser la fonction Solve(f,a,h), il n’est pas nécessaire que la fonction f soit déjà définie. On peut passer une « fonction anonyme » en paramètre de Solve.

Par exemple, la fonction QUI N’A AUCUN NOM s’écrit en R :

function(x) x**2 – 1

On pourra donc demander par exemple

Solve((function(x) x**2 – 1), 3, 0.01)

Comparaison avec la fonction uniroot

Le langage R propose une fonction pour trouver la racine d’une fonction d’une seule variable. Refaites les applications numériques avec uniroot et comparez les résultats avec ceux de votre fonction Solve.

6 Racines d’un trinôme   HARD

Il est fortement conseillé de lire la page wikipedia sur les équations du second degré ou encore mieux Scilab is not naive.

Méthode naïve

Écrire une fonction triroot(a,b,c) prenant en paramètre les coefficients a, b et c d’un trinôme et renvoyant les racines réelles de l’équation \(ax^2 + bx + c =0\). Plus précisément, la fonction renvoie :

  • NULL si l’équation n’admet pas de racines réelles ;
  • un scalaire si l’équation admet une racine double ;
  • un vecteur à deux éléments si l’équation admet deux racines distinctes.

Vérifiez votre programme en utilisant la fonction prédéfinie polyroot.

Autour de la validité de la comparaison à 0

Tester votre programme avec le code ci-dessous. Quelle conclusion en tirez-vous?

triroot(0.01,0.2,1)
polyroot(c(1,0.2,0.01))
triroot(0.011025,0.21,1)
polyroot(c(1,0.21,0.01025))

Proposer une amélioration permettant d’éviter le problème ci-dessus grâce à la fonction all.equal.

Autour de l’annulation massive

On va analyser l’erreur d’arrondi pendant le calcul du discriminant quand \(b^2 >> 4ac\) en étudiant le trinôme \(\epsilon x + \frac{x}{\epsilon} - \epsilon\).

TODO Autour du dépassement de capacité

STARTED Extension aux racines complexes

Vous avez de la chance, il existe une classe complex d’emblée intégrée à R, donc sans import.

  1. Cherchez dans la documentation ou sur le web comment définir les nombres complexes \(z_1=3-2i\), \(z_2=5+i\) et \(z_3=i\).
  2. Calculez l’addition \(z_1 + z_2\), le produit \(z_1 \times z_2\) et l’inverse $\frac{1}{z_3}. Vérifiez que \(z_3\) est bien la racine carrée de -1 …
  3. Reprogrammez la méthode triroot retournera aussi les racines complexes.
  4. Calculez les racines des polynômes \(2x^2 - 3x -2\), \(x^2+x+1\), et \(x^2+1\).

Created: 2021-09-09 jeu. 16:58